Les 5 villages les plus pittoresques de la péninsule de Mani
«En passant, vous voyez Mani en 3 jours, en marchant 3 mois, et pour voir son âme, il vous faut 3 vies. Un pour la mer, un pour ses montagnes et un pour ses habitants. »

C‘est ce qu’a écrit Sir Patrick Leigh Fermor, un écrivain de voyage britannique renommé, qui a vécu et exploré largement la région et a rendu Mani célèbre à travers ses écrits comme dans «Mani Travels in the Southern Péloponnèse». (Voyages dans le sud du Péloponnèse)

Mani est la péninsule centrale parmi les 3 qui s’étendent vers le sud du Péloponnèse et englobe les préfectures de Messénie et de Laconie. La région offre des paysages époustouflants et spectaculaires comme la montagne Taygète s’élevant à 2407 mètres, avec ses gorges et ses sentiers de randonnée, jusqu’aux maisons en pierre construites autour de criques côtières aux eaux émeraude et plages de sable ou de galets, de villages fortifiés sur les collines aux oliveraies. La région abrite les Maniots,  qui revendiquent être les descendants directe des anciens Spartiates. Ils ont la réputation d’être de féroces guerriers, ayant combattu durant la guerre d’indépendance grecque. Ils sont fièrement indépendants et leur culture est riche d’histoires et de piraterie.

Port de Gytheio  Crédit Photo: Guillén Pérez

Gytheio

Sur la côte nord-est de la péninsule, sur le golfe de Laconie, se trouve Gytheio, la ville la plus grande et la plus importante de Mani et siège de la municipalité de l’Est de Mani. Construit à flanc de colline autour d’une baie naturelle, Gytheio, ancien port de l’ancienne Sparte, enchante par ses bâtiments néoclassiques aux couleurs pastel, sa longue esplanade avec ses restaurants, cafés et boutiques le long du front de mer. Au nord de la ville se trouve l’ancien amphithéâtre, construit au 1er siècle après JC. Du côté sud de la ville, la route mène au petit îlot de Kranae, maintenant relié par une chaussée. La légende raconte que Paris et Hélène de Troie sont restés ici sur la route pour Troie. Sur l’île, vous pouvez visiter le musée maritime, installé dans le phare construit en 1873, et le musée historique et ethnologique de Mani dans la tour Tzanetakis, construit en 1829. Pour la baignade, la plage la plus populaire et la plus grande de Gytheio est Mavrovouni, à 2 km au sud de la ville. C’est 6 km de plage de sable où les tortues de mer protégées Caretta Caretta viennent pondre leurs œufs. La plage de sable de Valtaki à proximité est le site du naufrage de Dimitrios, un cargo échoué là depuis 1981. Gytheio dispose d’une ligne de ferry régulière vers l’île de Cythère et peut être une base de départ pour explorer Monemvasia, Mystras et les autres villes et villages de Mani.

blank

Vieille ville Kardamyli  Crédit Photo: Thomas Cloer

Kardamyli

Sur la côte nord-ouest de la péninsule, se trouve le village de Kardamyli. Elle a été appelée la ville au trésor vert de Mani et est l’une des plus anciennes colonies du Péloponnèse. Situé près du mont Taygète, d’oliviers sauvages, de collines verdoyantes et de cyprès, et surplombant les eaux bleues du golfe de Messénie, ce village balnéaire est l’une des destinations les plus pittoresques et les plus populaires des Grecs et des visiteurs étrangers. Dans la vieille ville ou Pano Kardamyli, vous trouverez les bâtiments fortifiés Troupakis-Moutzinos comprenant l’église du 18ème siècle d’Agios Spyridon et la résidence restaurée de 3 étages qui est maintenant un musée. Kardamyli est le point de départ de nombreux sentiers de montagne, dont certains mènent au sommet du mont Taygète. Les gorges de Viros de 20 km de long sont particulièrement intéressantes. Juste à l’extérieur de Kardamyli se trouve le village de Kalamitsi où l’écrivain britannique Patrick Leigh Fermor a élu domicile. Le littoral autour de Kardamyli a des plages aux pierres rondes et lisses, uniques à la région. Ritsa est une plage aménagée avec des galets blancs. Foneas quant à elle a des eaux profondes, de petites grottes et une cantine, tandis que Kalamitsi avec ses cyprès et ses eaux peu profondes est idéale pour les enfants. 10 kilomètres plus au sud se trouve Stoupa, un autre lieu de villégiature préféré, avec ses plages de sable, ses installations et ses tavernes. En poursuivant votre route vers le sud, assurez-vous de faire une halte dans le village reculé de Traxila avec ses maisons en pierre construites autour d’un port de pierre.

Oitylo

La baie isolée d’Oitylo, dans la préfecture de Laconie, comprend les 3 stations balnéaires de Limeni, Neo Oitylo et Karavostasi. La ville d’Oitylo surplombant la et la grande forteresse de Kelefa construite en 1679 par les Ottomans. A proximité se trouvent les deux monastères de Dekoulo fondés au XVIe siècle et de Tsingou. Limeni, autrefois une crique de pirates et le vieux port d’Areopoli, est un joli petit village en bord de mer avec des maisons traditionnelles en pierre, des tavernes, des cafés et des hôtels. Le Mavromichalis Towerhouse restauré du XVIIIe siècle surplombant le port avec ses bateaux de pêche et propose des hébergements. Neo Oitylo au milieu de la baie est construit autour d’une impressionnante plage de sable de 2 km de long.

 

blank

Areopolis, Mani Crédit Photo: tjabeljan

Areopoli

Areopoli ou la ville d’Ares (le dieu de la guerre), située sur une colline au-dessus du port de Limeni, est l’une des plus grandes villes de Mani et aussi l’une des plus visitées par les touristes. Tous les samedis, il y a un marché ouvert animé sur la place principale où sont vendus les produits locaux. Sigklino, un porc salé, fumé et bouilli avec de l’huile d’olive et des oranges et Lalagia (pâte frites) sont quelques-unes des spécialités locales. Vous voudrez aussi testez le cochon de lait rôti, les saucisses et les kagianas (des œufs au plat avec de la tomate et du fromage) dans l’une des nombreuses tavernes de la place.

Areopolis est une ville historique bien préservée avec ses ruelles étroites, rues pavées et ses maisons traditionnelles en pierre. C’est la ville où le premier drapeau de la Révolution grecque a été hissé le 17 mars 1821 par Petros Mavromichalis. Le drapeau blanc avec une croix bleue avait la devise révolutionnaire «Victoire ou mort» et la vieille devise spartiate «Avec votre bouclier ou dessus». Ce drapeau est exposé au Musée historique national d’Athènes. Les monuments de la ville incluent l’église Taxiarchis avec son impressionnant clocher de 5 étages sur la place du 17 mars, construit en 1798, avec la tour restaurée de l’hôtel Tsimova à côté. La statue du dernier Bey de Mani Petros Mavromichalis se dresse sur la place des Immortels. Le musée byzantin d’Areopolis est installé dans la tour Pikoulaki et présente des pièces byzantines et des icônes d’églises de Mani.

blank

Grotte de Diros Crédit Photo: Dimitris Karagiorgos

Grotte de Diros

A une courte distance d’Areopolis se trouvent les grottes de Diros. De belles formes formées par les stalactites et stalagmites offrent un spectacle unique. Les 3 grottes peuvent être vues en bateau.La promenade en bateau couvre 1200 mètres et les 300 derniers mètres jusqu’à la sortie se font à pied.

Gerolimenas

Gerolimenas, un petit village calme avec son port de pêche, était autrefois un port important, envoyant des produits locaux au Pirée et à l’île de Syros. Aujourd’hui, il offre une alternative paisible avec sa petite plage de galets, ses tavernes de poisson, ses hôtels et ses cafés. Avec ses vieilles maisons en pierre pittoresques, ses bateaux de pêche et sa mer d’un bleu clair, il est largement visité tout au long de l’année. Il y a deux tours médiévales importantes qui ont été transformées en complexes hôteliers.

Crédit photo de couverturePolina F

blank blank blank blank blank blank blank blank blank blank blank blank blank blank blank blank blank blank blank blank blank blank blank blank blank blank blank blank blank blank blank blank blank blank blank blank blank blank blank blank